D'abord cinéaste, Emmanuel Ciepka est devenu photographe en 1990.

Sa première exposition, en 1991, à la galerie Saint-Séverin, Paris 6e, a proposé des images en noir et blanc et en couleurs de l'abbaye du Thoronet.

Il s'est principalement consacré jusqu'en 2005 à la réalisation de photos de book pour comédiennes et comédiens et à un travail personnel sur le nu féminin, en utilisant toujours le noir et blanc.

En 2005, grâce au numérique, il revient à la couleur et publie en 2006 son premier livre, Lisières limousines, avec un texte d'Alain Galan, qui parcourt les paysages du Limousin à travers les saisons. Les images de ce livre ont fait l'objet de plusieurs expositions dans la région. Suivront deux guides touristiques en collaboration avec Pierre Mazataud. Puis, en 2011, un nouveau beau livre, Fragments de temps, avec un texte de Jean-Guy Soumy, donnant à découvrir le patrimoine limousin à travers des photos de détails.

Parallèlement à la réalisation de ces ouvrages, il a poursuivi sur les paysages une recherche de plus en plus impressionniste et parfois abstraite. Ces images ont été exposées en janvier 2011 par Guy Flichy, avenue Matignon, Paris 8e.

Durant ces années, il n'a jamais abandonné le noir et blanc argentique dans son travail sur le nu féminin. En décembre 2011, vient de paraître Lumière des corps, avec une préface et quatres poèmes de Salah Stétié, qui représente un premier aboutissement de ce travail.

Depuis, il n'a eu de cesse d'approfondir une approche picturale de la photographie, en couleurs et en noir et blanc, sur les paysages, mais aussi les portraits et les nus.

En 2012 il a entrepris un travail sur Paris dont les premières images ont été exposées, été 2013, à la Galerie Flichy, Paris 6e.